A propos


C’est quoi Gentlemen From Hell ?

Gentlemen From Hell regroupe mes restaurations de moto rincées, abandonnées dans le coin d’un garage mais qui méritaient de retrouver la route.

Je ne suis pas fan de prépa, je préfère redonner vie à de vieilles motos à bout de souffle en les restaurant au plus proche de l’origine. Pas de découpage sauvage ni d’adaptations hasardeuses.

Je ne fais pas non plus de restauration « sortie-d’usine ». J’aime l’idée que ces youngtimers gardent quelques jolies cicatrices de leur passé. La patine est plus intéressante que le neuf.


Pourquoi ce nom ? C’est bizarre Gentlemen From Hell

Le nom Gentlemen From Hell n’est pas ma création, il s’agit du surnom du 487th Bomb Group. Eric Herenguel, talentueux dessinateur de BD a réalisé un patch « hommage » et suite à son accord, j’ai pu reprendre son dessin sur Pénélope.

Mettre un nose-art était pour moi un joli clin d’œil à mes lectures (et relectures) passées comme les premiers Buck Danny.

Sorti de son contexte guerrier, Gentlemen From Hell devient une signature très sympa : de gentils félés qui roulent sur leurs pièges.

Pour aller avec ce nom, il fallait un visuel simple mais cartoon, pouvant se poser facilement sur une moto. Pour cette partie, j’ai ressorti mes crayons pour créer le diablotin.

Quelques copains ont déjà adopté ce petit logo et il sied très bien à leurs vieilles trapanelles.


Mais pourquoi il y a aussi Rouille et Patine ?

Rouille et Patine est mon journal de bord. Il contient une grande partie de ce qui se bricole dans mon garage-atelier depuis quelques années. Tout n’a pas vocation à être siglé Gentlemen From Hell, et il y a pas mal de chose à découvrir.

C’est donc sur Rouille et Patine que vous trouverez les étapes de restauration des quelques machines qui sont ici.


Et t’es qui toi ?

Je m’appelle Thomas et je suis un jeune trentenaire s’approchant de la quarantaine. Je baigne dans la moto « qu’on répare tout seul » depuis que je suis enfant.

Cette passion me vient de mon Grand-Père, amoureux des motos. Que de discussions sur les caractérielles anglaises, les ingénieuses italiennes et les révolutionnaires japonaises. Je tiens de lui ce plaisir de « démonter-pour-voir-comment-c’est-fait-dedans ». Et comme lui, je suis toujours un peu long pour remonter.

J’ai eu le bonheur de travailler quelques années chez un très bon motociste. Cette expérience passée m’a appris que pour profiter pleinement de la moto, je devais garder le coté passionnel sans les contraintes professionnelles.

Donc Gentlemen From Hell, c’est juste du plaisir !

Draaghan SRX sidecar

Je peux te contacter ?

Bien sûr ! Si vous souhaitez échanger avec moi, n’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact ci-dessous.